García de Salazar, Lope

Il vint au monde en 1399 à San Martín de Somorrostro, son père étant petit-fils de Juan López de Salazar qui fut le premier de la souche qui s’établît en Bizkaia. Celui-ci à son tour, était l’aîné des fils bâtards du terrible Lope García de Salazar, de Nograro, qui avait le surnom de « Bras de fer » et qui eut 120 enfants naturels. Notre personnage, du même prénom et noms de famille que son bisaïeul, fut le «banderizo» le plus puissant de son temps en Bizkaia, qui sut unir à son continu combat l'amour des livres et son penchant pour l'histoire.

«Depuis ma jeunesse, dit-il, j'ai travaillé pour avoir des livres et des histoires des faits du monde. Je les ai fait chercher dans les provinces et les maisons des rois et des princes chrétiens, au-delà et de ce côté des mers par mes relations avec les marchands et les caboteurs ». Il fut plongé durant toute sa vie dans des luttes et des violences qui furent à l'origine des exils et de nombreuses déceptions. Lui-même raconte qu'il avait 18 ans quand il tua Lope Ochoa de Mendieta dans une embuscade. Il se maria avec Juana de Butrón et Múgica, construisant en son honneur la tour de Muñatones. Les possessions et les richesses de son droit d’aînesse furent colossales, entre elles figuraient la prévôté de Portugalete. Les dernières années de sa vie sont marquées par la tragédie.

En 1467, il essaya d'empêcher que ses fils s'alliassent aux Butrón-Mújica pour combattre contre les Avendaño, sans y parvenir malgré sa malédiction. «Mauvais étendard, la malédiction d'un vieillard» dit Ciriquiaín, et à peine entrèrent-ils en bataille que moururent quatre d'entre eux, outre Martínez González de Bañales, Ochoa de la Pedriza, Pedro de Santurce et Juan de San Juan de Llano. Toute la Ville porta le deuil. Pour humilier plus encore, Martín Ruiz de Basurto mit les cadavres des quatre frères dans un char, les porta à Bilbao et dans une pinasse les envoya en aval de la ria jusqu'à Portugalete. Quelques jours après, la maison de Ruiz de Basurto brûlait dans un grand incendie, illuminant le courage des portugaletetars morts dans la bataille d'Elorrio. Deux ans plus tard mourait sa femme. Lui, bien qu’âgé, conservait les goûts et les facultés d'un jeune homme, c’est pourquoi il ne pouvait pas consentir que son fils Juan séduise deux de ses concubines favorites qu'il avait dans la tour. En colère il l’expulsa de la tour et le déshérita. Toutefois, le fils revint, assiégea la tour, la conquit et fit prisonnier son père.

En 1471, en prison, il commença à écrire son monumental Bienandanzas et Fortunas, la deuxième de ses œuvres qui soit conservée, après avoir écrit, quelques années auparavant, la Crónica de Bizkaia. Composée de 25 livres, dans lesquels il traite de l'histoire du monde et de l'Espagne, ce sont les six derniers où il décrit méticuleusement les luttes de lignées et de camps qui se sont succédé spécialement au Pays Basque. Cette dernière partie, dont il fut acteur, est une source précieuse et irremplaçable de la connaissance de la Bizkaia sanglante de ces années-là.

En 1476 il parvint à s'enfuir de Muñatones et arriva à Portugalete, à la tour dont il était aussi propriétaire, mais où un ses autres fils, de connivence avec Jean, l'emprisonna de nouveau. Aidé par un servant, il s'enfuit et se réfugia dans l'église. Depuis son clocher, il sonna le tocsin des cloches, et face aux habitants réunis, il raconta ce que ses fils lui avaient fait, et ratifia son testament. Face à la passivité couarde du village, les fils montèrent sur le toit et s’introduisirent dans l'église et le traînèrent au-dehors. De nouveau dans la tour, son décès se produisit le 9 novembre 1476, par empoisonnement avec sa fille. Sabino Aguirre Gandarias dans son œuvre, encore inédite, Lope García de Salazar, le Premier Historien de Bizkaia, avec lequel il a gagné le prix de recherche de la Mairie en 1988, et qui est le travail le plus complet et le plus exhaustif qui existe, réfute la fable qui dit qu’avant de mourir, il aurait fait goûter à sa fille qui serait morte ainsi quelques heures avant lui.

Portugaleteko Udala
Solar Plaza, z/g - 48920 Portugalete - Bizkaia - Telefonoa: 94 472 92 00